Ilse et son Camion à Fleurs

ilse-et-son-camion-a-fleurs_01Aujourd’hui, c’est au tour de Ilse, alias Mooglo, l’étincelle à l’origine du ParisCargoBikesMeeting de nous faire part de ses choix et de ses bonheurs au guidon de son vélo cargo. Il y a un an, Ilse, tellement heureuse et convaincue d’avoir fait un choix de vie qui lui convenait grâce à l’achat de son bakfiets, s’était mis en tête de rassembler les utilisateurs de cargos qu’elle connaissait à Vincennes pour une rencontre festive. L’idée avait plu, mais l’organisation un peu tardive devait avoir raison des troupes, et c’est un tout petit comité qui s’est retrouvé à Vincennes. Ces quelques motivés s’étaient promis que l’an prochain serait la bonne ! Nous voilà donc à nouveau ici, pour faire monter la sauce et vous donner envie de venir nous rencontrer. Vous allez voir, Ilse vaut son pesant de cacahuètes, et en vrai elle n’est pas moins colorée !

PCBM: Une phrase pour te présenter ?

Ilse : Je m’appelle Ilse et je suis née en Belgique avec un vélo entre les jambes. J’allais partout en vélo toute seule dès mes 10 ans. L’avantage est que je suis très adaptable dans les transports en général. Par contre je suis une quiche quand il s’agit de mécanique sur un vélo plus que basique, tant on avait des réparateurs vélos à tous les coins de rues.

PCBM:  Comment en es-tu venu au vélo cargo?

Ilse : Avoir une auto à Paris me semblait une aberration mais il me fallait bien un moyen de transporter ma fille et mes nombreux sacs remplis de tricot, de livres et de produits de beautés. La carriole ne m’a jamais trop rassurée, aussi quand je suis tombée sur un Bakfiets près de chez moi je suis tombée amoureuse ; il était donc bien possible de décliner le cargo en France ? Je ne devrais pas retourner en Belgique ? Trois jours plus tard ma commande était passée.

PCBM:  Quand/comment as tu passé le pas ?

Ilse : Je dois être honnête, j’ai pris mon premier crédit à la consommation de ma vie pour payer mon Bakfiets à assistance électrique. Le stockage n’était pas réellement un problème car j’ai un box et j’ai réussi à manier mes concierges pour qu’ils installent des parkings à vélos dignes de ce nom juste en bas de chez moi. Le jugement des proches j’en ai un peu rien à carrer, je me sentais tellement sublime avec mon Cargo que ça me passait par-dessus la tête ^^/

PCBM:  Un mot sur le choix de ton cargo ?

ilse-et-son-camion-a-fleurs_03
Ilse : Étant flamande j’ai fait les recherches sur le net avec le mot clé « Bakfiets » et je suis tombée automatiquement sur la marque « Bakfiets »… En plus c’était la copie conforme de celui duquel j’étais tombée amoureuse et dont l’image m’était restée en tête. Le triporteur me fait un peu froid dans le dos niveau équilibre, honnêtement donc la question ne s’est pas posée. L’assistance était importante pour moi car à l’époque je faisais 45 km par jour, dont plus de la moitié avec le cargo chargé à bloc. Maintenant l’assistance m’est très utile car j’ai déménagé dans une région vallonnée.

Les options qui m’ont semblées indispensables étaient le surclassement des freins car je voulais être sûre qu’ils pourraient arrêter mon Cargo en toute sécurité, malgré une certaine charge, puis les grands classiques : la bâche, la capote, le coffre.

PCBM:   Par quel biais te l’es-tu procuré?

Ilse : Je suis passé par une franchise pour m’assurer un certain service après-vente. Après-coup je me suis rendu compte que le service après-vente était très bon mais ne couvrait pas la batterie ni le chargeur. Seul petit hic.

PCBM:   Referais-tu le même choix aujourd’hui ?

Ilse : OH OUI !

Je n’envisage plus ma vie sans Cargo. D’ailleurs il a un souci de frein pour le moment, restant immobilisé sous mon abris et ça se ressent ; je me sens handicapée, amputée.
Quand j’ai acheté mon Cargo j’habitais à plus ou moins 12 km du magasin où je l’avais acheté. Maintenant j’habite à 25 km et je peine à faire réparer mon vélo. Je suis immobilisée et je ne peux donc pas aller montrer mon souci à chaque réparateur jusqu’à ce que je trouve le bon. J’ai la chance d’avoir des amis mécanos qui m’aident tant bien que mal à réparer ma roue et dès que je serais à nouveau mobile j’irais voir le seul réparateur qui semblait intéressé par le défi que lui poserait un Cargobike.

Affaire à suivre.
Sinon les avantages me collent à la peau : c’est TROP pratique d’avoir un Cargobike et je suis très heureuse de ne pas avoir à m’acheter une voiture tant que j’ai mon Cargo.

Je me sens plus à l’aise en Cargo que je ne me sentais avec la carriole. La carriole reste pour beaucoup d’automobilistes français un objet invisible. Ils n’ont pas suffisamment l’habitude d’en voir pour en tenir compte au quotidien. Le Cargo, par contre, est un tank par rapport à la carriole. On ne peut pas l’ignorer ou ne pas l’avoir vu.

ilse-et-son-camion-a-fleurs_07

L’assistance électrique est très bonne et s’adapte à mon trajet. Le Cargo est une bonne parade aux attaques anti-assistance électrique. Il suffit que je montre mon vélo pour qu’on comprenne mon besoin d’assistance. Grâce à l’assistance électrique je suis capable de transporter mon mari sur une montée importante. Sinon il devrait sortir et faire le trajet à pied alors que là… c’est le pied (riez, par pitié)

J’ai toujours bien réussi à garer mon Cargo, jamais eu de souci dans le trafic, tout le monde adore. Je le remplis avec tout et n’importe quoi, aucune charge ne lui a encore résisté.

Ah oui ; un avantage non négligeable c’est qu’on a la classe en Cargo. Sérieusement !

PCBM:   Quelles sont les principales choses que tu fais avec ton cargo ?

ilse-et-son-camion-a-fleurs_04

Ilse : Je m’en suis servie pour tellement de choses, transport de copines, transport d’enfants en groupe, courses,… Pendant la réparation d’une partie de notre ligne de métro je m’en servais même pour transporter mon mari jusqu’au prochain arrêt. Mon rêve est de prendre mes vacances en Cargobike. Partir de chez moi et remonter jusque chez mes parents en Belgique, faire le trajet en zigzaggant à travers le nord de la France, de chambre d’hôte en chambre d’hôte,… le pied.

PCBM:   Combien de kilomètres fais-tu approximativement par mois? Est-ce ton unique/principal vélo? es-tu la seule utilisatrice de ton foyer?

Ilse : Je suis la seule à utiliser mon Cargobike. Mon mari ne se sent pas suffisamment confiant en tant que cycliste et préfère se laisser rouler que de pédaler (le féminisme, n’est-ce pas ?). Jusqu’à cet été, je faisais environ 45 km 4 jours sur 7 (donc 180 km par semaine), maintenant que je ne peux plus aller en vélo au travail je fais nettement moins de trajet mais je fais plus de promenades le weekend.

PCBM:   Quel regard les gens portent-ils sur ton cargo et ce à quoi tu l’utilises?

ilse-et-son-camion-a-fleurs_05

Ilse : Le Cargobike interpelle. Les réactions sont systématiquement positives. C’est ludique, c’est joyeux, c’est convivial, les gens veulent essayer. De plus, j’ai décoré mon Cargo avec des stickers fleuris et avec un pare jupe que j’ai crocheté moi-même. Même les hollandais m’arrêtent dans la rue pour admirer mon Cargo. On a vraiment la classe ensemble.

J’habitais proche de Paris et on se faisait souvent des virées dans Paris. Les meilleurs moment étaient quand on rencontrait un autre Cargo. Notre première réaction était systématiquement de dévier de notre itinéraire pour rattraper l’autre Cargo afin de papoter. On essayait au moins de faire des coucous à la main ou à la sonnette. Ma fille hurlait souvent dès qu’elle reniflait la présence d’un Cargo (elle a un radar à Cargos ^^ ).

J’adore transporter mon mari et ma fille ; ils chantent à tue tête dans le bac, ils font coucou aux gens, on s’amuse beaucoup. Quand je transporte mon mari, on se fait souvent prendre en photo, les automobilistes nous klaxonnent et nous encouragent.

ilse-et-son-camion-a-fleurs_06

Je n’oublierais jamais le jour où ma fille refusait de faire une sieste (elle avait 3 ans) pendant une journée de sortie. Elle a fini par s’endormir dans mon Bakfiets sur le chemin du retour et j’ai préféré continuer à pédaler le long des bords de Marne jusqu’à ce qu’elle se réveille plutôt que de rentrer. J’ai découvert de très jolis coins en passant un moment superbe avec ma fille dans la brouette. Quand elle s’est réveillée on est rentrés en chantant à tue-tête toutes les chansons qu’on connaissait.

Et le jour où j’ai fêté mon anniversaire en transportant mes copines une à une à travers le quartier latin. Gloussages, pâtisseries américaines et Cargo… un anniversaire parfait.

Je trouve que le Cargobike c’est un pur bonheur.

PCBM:   Envie d’ajouter un point libre qui n’a pas été abordé?

Ilse : Je sais que les gens qui hésitent passeront du côté Cargo de la vie. Je ne connais personne qui regrette son achat. Par vent ou par pluie, c’est un achat top ! Je ne remercierais jamais assez les anges du vélos pour avoir mis ce fabuleux Cargobiker sur ma route le lendemain de Noël 2010 !

PCBM:  Merci Ilse d’avoir pris le temps de nous dévoiler un petit bout de ta vie. Je suis sûr que ta démarche déclenchera bien un ou deux clics dans l’esprit de ceux qui ont besoin d’arguments pour sauter le pas ! Bonne route !

Et pour ceux qui aimeraient voir ce que Ilse fait du reste de sa vie, vous pouvez aller lire son blog ici : http://www.ilselajoue.fr/

3 réflexions au sujet de « Ilse et son Camion à Fleurs »

  1. Ping : Ma vélobrouette mon amour | Ilse la joue

  2. Ping : Paris-Londres en vélobrouette | Ilse la joue

Répondre à Clément Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>