Philippe et son Mundo

philippe-et-son-mundo_01C’est aujourd’hui Philippe qui nous présente son Yuba Mundo. Ce vélo a été conçu par Benjamin Sarrazin, un Français installé en Californie qui avait auparavant participé à la création de l’XtraCycle. Après avoir voyagé à travers le monde lors de sa jeunesse, le jeune entrepreneur décide de fabriquer un vélo utilitaire destiné aux paysans des pays en voie de développement, capable de transporter 250 kg, robuste et ne nécessitant pas un entretien et des pièces spécifiques. Aujourd’hui, le Mundo fait également le bonheur des Occidentaux, mais la société Yuba n’oublie pas son but initial en co-finançant par exemple l’expédition de vélos en Tanzanie.

PCB : Une phrase pour te présenter ?

Philippe, 44 ans, père de famille divorcé, militant cycliste.

PCB : Comment en es-tu venu au vélo cargo ?

Philippe : J’avais déménagé et je m’étais (un peu) éloigné de l’école de ma fille. Faire le trajet 4 fois par jour à pied la fatiguait trop, il fallait donc y aller à vélo. Comme il n’était pas possible de stocker son vélo à son école, il me fallait une autre solution.

PCB : Quand et comment as-tu passé le pas ?

Philippe : Il ne me restait que le choix du cargo. Le budget n’était pas un problème : le Yuba n’est pas le plus onéreux des cargos, et j’aime bien me faire plaisir avec des vélos. Pour le stockage, c’était dans la salle à manger où il a rejoint mon trike et mon vélo pliant. Il fut rejoint plus tard par un vélo couché. Depuis je me suis décidé à louer un garage. Le jugement des proches m’importe peu (et puis avec le trike j’avais déjà donné !).

PCB : Un mot sur le choix de ton cargo ?

philippe-et-son-mundo_02Philippe : Il me fallait un cargo adapté au transport de ma fille de 11 ans à l’époque. Les bi ou tri porteurs du style bakfiets étaient exclus car ils ne pouvaient rentrer chez moi du fait de la configuration des lieux : 5 marches puis rentrer le vélo debout pour passer deux portes à 90 degrés. Me restait donc le choix entre Yuba Mundo, Kona Ute, XtraCycle. Le projet Yuba m’a séduit. L’assistance était inutile.

PCBM : Par quel biais te l’es-tu procuré ?

Philippe : Je l’ai commandé directement par mail auprès de Yuba et me le suis fait livrer chez un vélociste parisien (qui le distribue en version électrifiée) qui me l’a monté contre un modeste forfait. J’ai eu le premier exemplaire V3 en France.

PCB : Referais-tu le même choix aujourd’hui ?

Philippe : Je suis très satisfait de mon Yuba. J’adore son comportement, on a vraiment l’impression d’être sur un rail, on se sent vraiment en sécurité. La position de conduite m’est très agréable. Il dispose d’accessoires bien pensés (sacoches, coussin, …). Il est relativement discret.
La seule chose dont je ne soit pas satisfait est la selle d’origine.

Je ne referai pas forcément le même choix aujourd’hui, non pas à cause des qualités du vélo mais parce que je loue maintenant un garage, ce qui m’ouvre des perspectives nouvelles. Un bi-porteur pourrait me tenter.

philippe-et-son-mundo_03PCB : Quelles sont les principales choses que tu fais avec ton cargo ?
Philippe : Je m’en sers beaucoup moins maintenant que ma fille va au collège. Il me sert essentiellement dans mes activités militantes :
– nous organisons des balades : pratique pour embarquer plein de choses ou soulager les participants de leur sacs. Imposant pour ralentir les automobilistes dans les giratoires ou carrefours.
– quand nous tenons un stand sur une manifestation, il me permet d’emmener le matériel. Fait aussi un beau totem en position debout.
– il permet d’emmener mon vélo pliant pour le prêter à quelqu’un qui n’en a pas
– permet aussi d’aller chercher les amis à la gare.
– amener le verre au container.

PCB : Combien de kilomètres fais-tu approximativement par mois ? Est-ce ton unique/principal vélo ? es-tu le seul utilisateur de ton foyer ?

Philippe : Le nombre de kilomètres est très variable et peu élevé maintenant.
Mes vélos principaux sont mon vélo pliant (utilitaire) et mon trike (cyclotourisme). J’ai aussi un VTC et un vélo couché. Mes enfants ne l’utilisent pas encore.

PCB : Quel regard les gens portent-ils sur ton cargo et ce à quoi tu l’utilises ?

Philippe : J’habite une agglomération de 80 000 ha. Je ne prête pas spécialement attention au regard des gens. Un copain a un biporteur.

philippe-et-son-mundo_04PCB : Envie d’ajouter un point libre qui n’a pas été abordé ?

Philippe : Si vous trouvez que les infrastructures cyclistes sont insuffisantes, de mauvaise qualité, …. alors adhérez à une association de cyclistes, un club FFCT, … pour que votre voix soit entendue (vous ne serez pas obligé de militer).