Diane, Franck, leur Bullitt et leur Bakfiets

Après Matthieu, Robin et Clément, on en finit avec les présentations des membres de l’équipe du Paris Cargo Bikes Meeting avec Diane & Franck. Fondus de vélo sous toutes ses formes, c’est bien à eux qu’il faudra vous adresser si vous hésitez entre un Bullitt et un Bakfiets : ils ont en effet chacun un cargo-bike différent, ce qui leur a valu le qualificatif de “couple le plus dingo-vélo du Val de Marne”. Ils tentent ici de justifier leurs choix.

Paris Cargo Bikes : Une phrase pour vous présenter ?

Bullitt ou Bakfiets, pourquoi choisir ?

Bullitt ou Bakfiets, pourquoi choisir ?

Diane et Franck, 35 ans chacun. Nous avons deux garçons, l’un de 3 ans, l’autre de 5 mois. Nous nous sommes connus grâce au vélo, au VTT plus exactement.

Franck : Après une période professionnelle de 4 ans en Suisse, où nous avons eu l’occasion de voir à quels égards le vélo avait droit ailleurs qu’en France, nous nous étions promis de militer pour la Cause du vélo de retour en France. Nous faisons donc avancer les choses, à notre mesure, dans une association locale de cyclistes urbains, MDB pour ne pas la citer, et en particulier dans le Val de Marne (MDB94). Nous militons pour que le vélo soit considéré comme un véritable moyen de transport. Et nous sommes les premiers à profiter des aménagements que nos luttes nous permettent d’obtenir :)

Sur la route du Furkapass, Suisse

Sur la route du Furkapass, Suisse

Diane : Nous avons grandi dans deux environnements familiaux favorables au vélo. Malgré cela, nos proches ont du mal à ne pas nous qualifier de fondus : nous sommes partis en voyage de noces à travers l’Europe sur un tandem offert en cadeau de mariage :)

PCB : Comment en êtes vous venus au vélo-cargo ?

Franck

Franck

Franck: Nous transportions déjà notre aîné sur un siège avant bobike ou dans une remorque (pour les vacances à vélo). Nous faisions toutes nos courses avec un caddie Winther spécial vélo. L’arrivée du quatrième membre de la famille nous a forcé à réfléchir à une solution nous permettant de continuer à tout faire à vélo.
C’est de vélotaf.com qu’est venue la solution, avec la rencontre dans notre secteur d’utilisateurs de cargos (Matthieu et son Bullit, Clément et son Bakfiets, Robin et Ilse). Ça nous a sauté aux yeux, c’était LA solution.

Diane : Avant de se décider, on a essayé de transporter les deux enfants dans notre remorque. Malgré sa qualité et le confort qu’elle assure aux enfants, cette solution ne nous diane_franck_05plaisait pas pour plusieurs raisons, entre autres :

  • en ville on entend pas les enfants (en plus de ne pas les voir);
  • on ne sait pas si les voitures ont vu la remorque;
  • il est difficile de se faufiler lorsqu’une voiture est garée sur une piste cyclable par exemple.

Avant d’envisager le vélo cargo j’avais envisagé de mettre les deux enfants sur le même vélo, un à l’avant, un à l’arrière. Mais d’une part, ça n’était pas utilisable tant que notre deuxième enfant ne tenait pas assis, et d’autre part ça ne me permettait pas de faire les courses avec les deux enfants.

PCB : Quand et comment avez-vous passé le pas ?
D&F : Passionnés de matos vélo, il faut être honnête… nous nous sommes fait la réflexion que si avec 2 enfants nous ne faisons pas la démarche de passer au vélo cargo, nous n’aurions plus le prétexte de le faire plus tard dans notre vie ! Bref, le prétexte était trop beau pour ne pas craquer!

PCB: Un mot sur le choix de vos cargos ?
Diane: En ce qui concerne le choix, il n’a jamais été question d’un triporteur. Nous avons opté pour un biporteur pour ses qualités roulantes et sa facilité à se faufiler. En ce qui concerne le modèle, Franck n’a pas dû être particulièrement honnête, car il a réussi à me convaincre d’acheter un bullitt, qui rappelons le, n’est pourtant pas conçu pour transporter deux enfants (ou du moins, pas en bas âge).  Il a choisi un vélo rapide, sportif, qui correspond plus à son trajet quotidien. J’ avais compris dès le début que ce vélo serait principalement le sien, car c’est lui qui a choisi les équipements, je n’ai eu mon mot à dire que sur la couleur.
Franck : Le petit détail que Diane omet de vous dire, c’est que dès les premières réflexions sur cet achat, nous nous posions TOUS LES DEUX la question suivante : à terme,  Bakfiets OU Bullitt? ou Bakfiets ET Bullitt :) Je lui  retourne donc le compliment, elle n’a pas dû être très honnête en acceptant que je craque sur le Bullitt. M’est d’avis qu’elle avait déjà répondu à cette question, ce serait Bakfiets ET bullitt :)
D&F : Bref, vous l’aurez compris, après quelques mois d’utilisation du Bullitt, nous avons craqué pour l’achat d’un autre biporteur, un Bakfiets, assisté cette fois-ci. Diane a un trajet quotidien semé d’embuches, de feux, de côtes de 4ème catégorie… L’assistance était une évidence.

PCB : Par quel biais vous les êtes-vous procurés ?

Deux passagers et demi sur un Nice Bullitt

Deux passagers et demi sur un Nice Bullitt

Franck: Tout était décidé depuis déjà quelques semaines quand nous avons pris de longues vacances à Nice. Il se trouve qu’un distributeur officiel de Bullitt m’a répondu qu’il pouvait me faire venir le modèle que je désirais avec les options choisies dans la durée de nos vacances. C’était idéal, relax, j’ai profité de pouvoir monter le vélo avec lui, et de faire faire ces premiers tours de roue à l’engin sur des pistes cyclables bien rectilignes le long des plages de la côte d’Azur. J’avais beau avoir descendu le porte tandem en prévision, il était trop court !! Et c’est au moment de le faire rentrer dans la voiture pour remonter sur Paris que l’affaire a failli tourner au drame :)

Diane : Pour l’achat de mon cargo, on s’est naturellement tournés vers le distributeur qui avait vendu le sien à Ilse. Par contre, un des gros points négatifs que nous avons rencontrés, est qu’il est impossible d’essayer ce type de vélo en magasin, ni de voir en vrai les différentes options disponibles… Cela fait partie des raisons pour lesquelles nous avons pensé à organiser le ParisCargoBikesMeeting afin de permettre aux personnes qui seraient intéressées de passer le cap.

PCB : Referiez-vous les mêmes choix aujourd’hui ?

Diane : Je n’ai mon cargo que depuis deux mois, mais je ne m’en séparerais déjà plus. En

Gros dodo dans grosse brouette

Gros dodo dans grosse brouette

tous cas, je ne changerais la couleur pour rien au monde, j’ai toujours rêvé d’avoir un vélo noir mat. Je n’étais pas sûre de pouvoir m’en servir en remplacement de mon vélo quotidien (un Gazelle électrique). Pourtant il n’est pas sorti depuis que j’ai mon bakfiets. Je suis bluffée par l’assistance, qui me permet de monter la côte de Thiais sans sourciller, là où mon Gazelle ne faisait pas mieux. J’ai choisi l’option “grosse” batterie, et je peux me permettre d’utiliser l’assistance à plein régime quand ça me chante.
Actuellement je transporte mon cadet dans un maxi cosi arrimé au fond de la caisse et l’aîné sur le banc. Aucun autre vélo ne pourrait me permettre de faire ça. A terme les deux seront installés sur le banc, et je libèrerai de la place au fond de la caisse pour transporter des copains et plein de bazar !

Franck : Je suis 100% satisfait du choix du Bullitt. Vu mes trajets habituels sans trop de dénivelés je n’ai jamais envisagé l’assistance électrique, et surtout, j’ai opté pour un moyeu Alfine 8. Moins de développements donc qu’une transmission classique. Pourtant, c’est bien suffisant, et je gagne en confort d’utilisation et d’entretien. Les freins à disques arrêtent ce vélo par tous les temps, même avec les chargements les plus lourds. Et surtout, ça ROULE ! C’est impressionnant à quel point il est possible de relancer cette machine, qui pourrait pourtant laisser penser à un char d’assaut. Un des seuls vrais points négatifs est qu’il était impossible de l’équiper d’une capote de pluie pour les enfants au moment où je l’ai acheté. C’est depuis devenu une option disponible, mais encore assez chère. J’envie les capotes des bakfiets… mais ne le répétez pas à Diane ou à Clément, ils marqueraient des points dans la guerre qui voit s’affronter pro-bullitt et pro-bakfiets :)

D&F: évidemment beaucoup de monde doit se dire que c’est un luxe de se payer ces deux vélos au sein d’une même famille. Mais quand on voit ce que ça nous fait économiser en bagnole… On a aucun doute sur la rentabilité économique de la chose, même à court terme. Mais pour nous, c’est surtout le plaisir de pouvoir continuer de TOUT faire à vélo qui a été moteur (haha).

PCB : Quelles sont les principales choses que vous faites avec vos cargos ?

Franck : en fait, vu que c’est moi qui ai rédigé cette série de questions pour les interviews à l’origine, j’aurais tendance à dire qu’elle est pourrie cette question… Il aurait mieux valu demander “qu’est que vous ne faites pas avec votre cargo ?”… La réponse aurait été plus courte… La seule chose qu’on ne fait pas avec nos cargos? Partir en vacances ? Et certains déplacements de plus de 15-20km aller. Tout le reste, c’est en cargos : aller au marché, revenir chargés comme des mulets, aller voir les potes, partir en pic-nique pour la journée, aider des copains à déménager, déposer les gamins à la crèche… ah, et… accessoirement, aller travailler tous les jours.

Si, si, ça roule quand même

Si, si, ça roule quand même

Diane :Il y a bien un truc que Franck ne peut pas faire avec son cargo pour le moment, c’est transporter les DEUX enfants en même temps, et encore moins au sec sous la pluie :)

Franck : grrrrrrr !

PCB : Est-ce votre unique/principal vélo ? Combien de kilomètres faites-vous approximativement par mois ?

D&F : On a arrêté de répondre à la question du nombre de vélos dans la famille. C’est embarrassant… Quant au nombre de kilomètres parcourus par mois, on a chacun entre 25 et 30 bornes à faire par jour pour déposer les enfants et aller bosser. Ce qui fait une moyenne de 450 à 500km par mois chacun en comprenant aussi l’utilitaire et les balades du weekend. Soit une prévision de12000km par an en cargos à nous deux. C’est ce qu’on fait depuis des années. On a juste adapté nos montures à l’arrivée des gamins.

PCB : Quel regard les gens portent-ils sur vos cargos et ce à quoi vous les utilisez ?

diane_franck_05Diane : j’ai un parcours essentiellement hostile au vélo (Créteil – Chevilly-Larue), et j’ai donc très rarement l’occasion de me faire aborder à ce sujet. Les gens rencontrent encore si peu ce genre de vélos, que beaucoup se demandent si c’est une réalisation maison. La caisse en bois joue sans doute aussi.

Franck : Les réactions sont globalement positives. Il y a bien parfois une vieille bique pour ajouter “enfin quand même, sur la route, c’est dangereux pour les enfants”. J’ajoute alors que ce qui est dangereux pour les enfants, ce sont les voitures, pas le vélo dans lequel ils se trouvent… Mais c’est finalement assez rare et les discussions sont agréables. La seule question qui revient à CHAQUE fois est “et ça coûte combien?”… la réponse varie en fonction du client et de mon humeur, elle est souvent caustique.

PCBM : Envie d’ajouter quelque-chose ?

Franck : ouais… mais je sais pas encore quoi, je vais y réfléchir.

Diane : On a apporté quelques petites améliorations à nos vélos : Des side panels fait maison sur le Bullitt de Franck et un pare-soleil sur mon Bakfiets en cours de fabrication. On exposera ça d’ici quelques jours sur le site pour filer les infos utiles à leur réalisation.

diane_franck_09Franck : AH si, ça y’est !! RENDEZ-VOUS le 24 juin au PARISCARGOBIKESMEETING !

3 réflexions au sujet de « Diane, Franck, leur Bullitt et leur Bakfiets »

  1. La famille qui m’a sauvée la mise. Je vous trouve adorables et j’ai énormément hâte de vous revoir le 24. Comme je viens sans ma brouette j’espère essayer d’autres modèles dont pitet le Bullitt blanc.
    Je sur-surkiffe la dernière photo mamour, longue vie à la famille Folldingue de la Brouette! /

  2. Les infos que je retiens dans cet article :
    – Diane & Franck ont une remorque très chère qui ne leur sert plus… Vous auriez pu prévenir avant que j’achète la notre! ;-)
    – Diane a un V A E qu’elle n’utilise plus… Je n’en ai pas… si tu ne sais pas quoi en faire!
    – Diane & Franck n’osent pas avouer le nombre de vélos stockés dans leur super garage… Moi j’ai bien une idée ; je lance un concours : 17?
    – Diane & Franck boivent de la bière
    – Diane & Franck n’ont pas encore assez étudié l’itinéraire de la Loire à vélo, car sinon ils seraient déjà venus tester ces jolis engins près de chez nous!

    Au moins, quand on était encore là, on vous obligeait à sortir votre voiture de temps en temps, mais j’ai l’impression que depuis notre départ, you’ve gone around the bend, comme on dit chez moi! ;-))

    Allez, profitez bien de votre journée ; chez nous, ce sera : http://www.anjou-velo-vintage.com

    Très joli article…

    Une angevine anonyme…

  3. voila je lis ce post 15 jours trop tard sinon j’aurais été rencontrer tout ce petit monde…vous me donnez super envie de franchir le pas…merci de votre partage

Les commentaires sont fermés.